Faut-il couper les gourmands des plants de tomates ?

Y a t-il un réel intérêt de tailler les gourmands des plants de tomates dans son potager ? Sur cette question, les avis des jardiniers amateurs sont partagés ! Nombreux seront les jardiniers étonnés de l’apprendre mais par définition, un gourmand est une tige qui ne produit pas de floraison, or si on les laisse pousser les gourmands des tomates, ils produiront des fleurs et des fruits. En réalité, ces pseudo-gourmands qui poussent à l’aisselle des feuilles, ne sont ni plus ni moins que des tiges secondaires. A partir de ce constat, on peut se demander pourquoi ne pas laisser ses plants de tomates se développer de manière autonome, sans taille ? C’est à cette question que je vais tenter de répondre ici !

En théorie : En quoi consiste la taille des gourmands ?

La taille des gourmands des plants de tomates consiste à supprimer, dès leur apparition, toutes les tiges à l’aisselle des feuilles, que ce soit avec les doigts ou à l’aide d’un sécateur. Ainsi, on privilégie une tige principale sur laquelle s’épanouiront 4 ou 5 branches porteuses de fleurs, puis de tomates. Cette opération a pour objectif d’obtenir des fruits de plus gros calibre, uniforme et arrivant à maturation quasiment au même moment.

gourmand tomate (2)

Les arguments contre la suppression des gourmands des tomates  !

Laisser pousser les gourmands sur les plants de tomates peut paraitre une idée extravagante, puisque cela fait plusieurs générations que cette opération se pratique d’une manière généralisée. D’un point de vue botanique, ces « gourmands » sont des tiges secondaires qui portent des feuilles, ces mêmes feuilles permettent la photosynthèse et la photosynthèse donne de l’énergie à la plante. Couper les tiges secondaires des plants de tomates peut donc au contraire saper l’énergie, et peut être même la santé de la plante. En effet, lorsque l’on coupe un gourmands, on créer une plaie par laquelle peut s’introduire des maladies ou des agents pathogènes. Contrairement à l’idée très répandue qu’il faut absolument couper les gourmands, les laisser vous permettra même dans de bonnes conditions de culture de doubler la récolte de tomates.

En conclusion : Couper les gourmands, une perte de temps…

Obtenir de plus gros fruits et si possible des fruits uniformes, matures en même temps, voilà donc les seules raisons de couper ces pseudo-gourmands. Pour ma part, je pense que ces raisons ont leur place dans des serres de production mais pas dans un petit potager. Récolter des tomates plus ou moins grosses et mûres en fonction de l’ensoleillement, je ne trouve pas qu’il s’agisse là d’un problème. Au contraire, l’objectif d’un potager familial et de se faire plaisir quotidiennement, et pour mieux se faire plaisir quoi de plus intéressant que de supprimer une tâche inutile au jardin ? Ne pas couper les gourmands c’est une économie de temps, et vous le savez bien le temps, c’est de l’argent ! Et vous, qu’en pensez-vous ? Pour ou contre la suppression des gourmands ?

12 commentaires

  1. Stéphane Riebel

    Merci pour le conseil, c’est vrai qu’on m’as toujours dit de les enlever.

  2. Je les coupe tout les ans, mais je me demande s’y je fait bien.

  3. Et bien moi, je préfère les tailler les tomates….après avoir expérimenté les deux méthodes…voilà mon analyse de la situation : http://passionpotager.canalblog.com/archives/2015/06/05/32168645.html

  4. Je vais essayer sur la moitié de mes plants je me ferais une opinion étant moi même jardinier de profession votre théorie n’est pas fausse mais les traditions sont tenaces pour ma part je tiens compte des lunes pour les semis.

  5. Merci au passage à Brigitte pour son excellent reportage photo : rien ne vaut l’expérience personnelle, mais on se fait quand même une bonne idée des deux méthodes et de l’organisation à prévoir en cas de non-taille.

  6. Si on laisse les gourmands, le plant part dans tous les sens et a du mal à se tenir.

  7. Bonjour, c’est la première année que je jardine et j’ai pris la décision de ne pas couper les gourmand car je suis moi même gourmand…. et puis je leur parle à mes plants de tomates, je ne me sent pas de les torturer il produirons ce que bon leur semble….

  8. Bonjours, je suis dans l’Est de la Belgique , les tomates sauf quelques variétés adaptées se cultivent principalement en serre. J’ai fait un essai concernent la non taille . j’ai eu un bazar terrible dans ma serre et franchement je ne ferais plus jamais ça !!! En plus je pense qu’il y a des risques de maladie dû au manque de circulation d’air entre les plants et une humidité importante !!! En fait mes tomates ont eu le mildiou

    • Exactement le même avis et la même expérience Paquet

    • Dans ma petite serre, laisser tout pousser est une cata. Forêt vierge absolue, tout s’étale au sol sous le poids ou alors il faut mettre des dizaines de tuteurs ou de ficelles qui descendent de la charpente. Bref, une jungle sans fin. Sur le fond, la réflexion est intéressante et probablement justifiée. Dans la pratique, c’est plus dur (Gries, à qq encablures d’Alsagarden). Belle et bonne récolte à tous. Dany

    • Même avis que Paquet également! J’ai toujours eu des plants malades dès la mi-juillet, et des récoltes pitoyables… Maintenant, je taille la majorité des gourmands et l’air circule, ce qui me laisse des plants en santé qui peuvent enfin produire !

  9. Laisser les gourmands pousser c’est comme laisser les mauvaises herbes envahir les terres cultivées.La nature doit être aidée par l’homme lorsque nécessité s’impose. La finalité ici étant de produire des fruits de qualité la taille est une opération « naturelle » puisque l’intervention n’est pas chimique et donc ne modifie en rien les moyens de défense de la plante. Au contraire sa vigueur ne sera que renforcée puisque la sève profitera à une surface végétale moindre.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>